Terre d'outremer, l'archipel calédonien face à son destin.
16411
post-template-default,single,single-post,postid-16411,single-format-standard,cookies-not-set,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
cap-ndoua-port-boise

Terre d’outremer, l’archipel calédonien face à son destin

Terre d’outremer , l’archipel calédonien face à son destin.

La Nouvelle Calédonie mon île natale, une bulle paradisiaque au milieu du Pacifique avec des paysages à couper le soufle, une biodiversité terrestre et marine exceptionnelle .

Le  »caillou  » est une ile de 400 km de long, traversée par une chaine de montagne sur toute sa longueur entourée d’îles et îlots et d’un lagon classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
A l’ouest, c’est le farwest calédonien, les savanes à Niaouli et des grandes plaines d’élevage où sont installés des ranchs, c’est la rencontre avec les stokmens.
A l’est , la montagne tombe dans la mer, on trouve une végétation tropicale avec des falaises et des magnifiques cascades. Des roches de lindéralique se dressent au milieu du Lagon. Les tribus kanak vous attendent .
Mais la vraie richesse de ce petit coin de paradis, c’est la rencontre de l’autre, basée sur l’échange et le partage. La Nouvelle Calédonie a une dimension culturelle et humaine.

L’origine du peuple kanak très ancienne, date de 4000 ans.

peuple-kanak-02Au cours d’un reportage, j’ai entendu un des anciens comparer la philosophie kanak à la philosophie de l’arbre :  »quand l’arbre est bien enraciné , il pousse très haut ,s’épanouit et ne se déracine jamais  ».
la société Kanak est structurée autour de la terre et des ancêtres . L’Homme est jamais individu , il est le noyau d’un ensemble .La société s’organise en chefferies, tribus et clans dont la vie est rythmée par la récolte de l’igname . L’igname constituant la base de l’alimentation a une valeur culturelle. Tubercule sacrée , symbole de l’honneur, de la fertilité et de longévité , elle est présente dans tous les échanges coutumiers .

Chaque village possède une grande case avec sa fléche flaitiére, lieu de parole et de convivialité . La parole  a une place importante dans la société kanak , elle est sacrée ,c’est l’incarnation de l’esprit des ancêtres . La parole des anciens est éternelle pour lutter contre l’oubli, pour savoir d’ou l’on vient. La transmition orale est gardienne de la mémoire collective .

Si vous souhaitez partager un moment convivial en tribu, déguster le bougna, il faut accomplir le geste coutumier : une offrande symbolique au chef de tribu, une marque de respect et d’humilité.

Longtemps exposé, spolié, les kanaks ont lutté pour retrouver leur dignité. En 1931, à l’exposition coloniale de Paris des kanaks furent exibés, comme cannibales au jardin d’acclimatation.
Ce fut le voyage de la honte pour eux. Pour moi un choc et des larmes. Nous sommes loin des valeurs de la république  » Liberté Egalité Fraternité  » !!

L’archipel calédonien est aujourd’hui confronté à un double enjeux . Un véritable défi face au changement climatique , enjeu de taille pour lequel, il faut trouver des solutions d’adaptation . Et un enjeu politique, l’année prochaine , la nouvelle calédonie va choisir librement son destin et décider de son avenir institutionnel par référendum. Une grande aventure ! On peut conquerir sa liberté mais la société entiére doit bouger, anticiper, et trouver un équilibre entre le développement économique et la préservation de son environnement .

L’accession du territoire à l’indépendance , ou le maintien au sein de la république ?
Réponse en 2018

Tags: